Accés en 1 clic

Le retour du héros au pays ....

 

Publié le 02/08/2012

Le retour du héros au pays ....

Le 27 juin 1944 au bois de la Reulle, 15 résistants furent fusillés par les nazis. Un 16ème réussit à s'évader. Grace à lui, 10 résistants  ont pu être identifiés. Les 5 autres sont restés sans nom. L'un de ces 5 inconnus vient de retrouver son identité : Charley de Hepcée, pilote et résistant belge.

Le 30 juin 2012, la municipalité de Castelmaurou a organisé, avec la commune de Gragnague, l'association Souvenir Français, la Commission de recherche des Fusillés du Bois de la Reulle, une commémoration exceptionnelle dédiée à ces héros de la Résistance.

Le 24 juillet 2012, le corps de Charley de Hepcée a été inhumé à Halloy, en Belgique, en présence du représentant du Roi Albert II.
 


Cérémonie en Belgique : les élus et le groupe de recherche de CASTELMAUROU au coté du représentant du Roi des Belges.


Soixante huit ans après son assassinat par les nazis le résistant inconnu est rentré chez lui.

L’INIMAGINABLE RETOUR

L’extraordinaire histoire de la découverte de l’identité de l’un des cinq résistants inconnus, fusillés par les SS du régiment Deutschland appartenant à la Division Das Reich dans le Bois de La Reulle limitrophe des communes de Gragnague et de Castelmaurou a fait depuis plusieurs semaines l’objet de toutes les attentions journalistiques autant en France qu’en Belgique.

Et des lectrices et des lecteurs subjugués par la ténacité qu’a nécessitée une telle aventure humaine.

Les populations de ces deux communes du nord-est toulousain confirmèrent d’ailleurs concrètement ce sentiment en participant grandement le 30 juin dernier à la réussite de la journée d’hommages dédiée aux quinze résistants tombés sous les balles nazies le 27 juin 1944.

C’est au cours des cérémonies réalisées à Gragnague lors d’une messe, sur le lieu du drame avec de nombreuses interventions dont celle remarquée des écoliers et devant le monument aux morts de Castelmaurou que fut annoncée officiellement la découverte de l’identité de Charles de Hepcée, l’un des cinq inconnus conservés dans le cimetière communal depuis 1990.

La dernière pierre de cette fabuleuse épopée vient d’être déposée en Belgique les 23, 24 et 25 juillet dernier avec le retour des cendres de Charles dit  « Charley » de Hepcée déposées dans le caveau familial.

Une belle représentation du Groupe de recherches participa à toutes les cérémonies organisées avec beaucoup d’émotions par Rose, Claire et Monique de Hepcée, les filles du Major-Aviateur arrêté au Pont de la Taule en Ariège le 13 avril 1944 et de Micheline de Sélys Longchamps qui rechercha son époux toute sa vie dès le retour des camps de concentration de Ravensbrück et de Bergen-Belsen.

Conduite par Magali Mirtain-Schardt, le maire, et deux de ses adjoints René Durand et Danièle Sudrié, tous trois ceints de leur écharpe bleue blanc rouge côtoyant dans une belle fraternité celle de couleurs noire, jaune et rouge, des élus de la commune belge de Braibant (section de la ville belge de Ciney) Romain Pouyenne, DGS de la commune, les époux Gibert du Souvenir Français, Monique Delattre-Attia défendant le dossier de la prison de Saint-Michel , Monique Rieu de l’association du Chemin de la Liberté qu’emprunta jusqu’à son arrestation Charley de Hepcée, Tania Delabarde , anthropologue de l’Institut Médicolégal de Strasbourg , Rolande et Charlie Mazingue, colonel de l’Armée retraité et Georges Muratet, écrivain local auteur du livre « les fusillés du bois de la Reulle ».

Cette équipe qui soutint en permanence Rose de Hepcée, fille de Charley de Hepcée, qui venait de perdre Michel Fischer-Touret son époux et membre de tous ses combats le 27 juin dernier, la date maudite de l’arrestation de son papa.

L’hommage débuta par une allocution de Rose et une veillée funèbre qui suivit l’arrivée du fourgon funéraire conduit par Sylvio Giménez secondé par Monique, son épouse, que Rose précédait de quelques mètres ( Michel occupait le siège passager de toute son absence).

Depuis la Haute-Garonne et le village de Saint-Jean, René Durand et Georges Muratet entouraient Charley pour un voyage en suspens depuis soixante huit ans.

Le lendemain, René Durand fit l’historique du travail effectué depuis plusieurs années par le Groupe de recherches, sa rencontre avec Rose et Michel, les déplacements pour étayer le dossier, l’exhumation des corps, l’ADN, le TGI de Toulouse et la découverte de l’identité tant espérée.

Une messe chamboula toute la vie du village avec la présence d’une énorme assemblée et celle de la Belgique symbolisée par le représentant du Roi, les Forces Armées, sa population.

Les interventions se succédèrent au cours de l’office accompagné par la musique militaire, un organiste et une chorale chantant à capella alors qu’une Garde d’Honneur entourait pendant plus de deux heures le cercueil, le regard fixé sur les porte-drapeaux.

Après celle de Claire pour la famille vinrent celles des officiers de différentes armes dont celle du successeur de Charley à la tête de la 5° escadrille, une autre émouvante d’ un «  enfant caché » de plus de soixante dix ans qui devait sa vie comme tant d’autres juifs à Charley et celle de Magali Mirtain-Schardt, accompagnée d’un petit enfant, pleine d’humanité au point que, fait absolument inédit, elle tira le représentant du Roi de sa discrétion appuyée gantée sur un sabre et lança une salve collective d’applaudissements déjà inscrite dans les annales du royaume.

L’ultime voyage pour que Charley et Micheline se retrouvent pour l’éternité mena le cercueil tout en haut d’un bois, dans une clairière faite d’ombres et de lumière, ouverte sur le ciel. Cette situation permit à l’assemblée de voir arriver de loin une escadrille d’avions dont celui de tête offrit une figure une fois arrivé au dessus des têtes levées. Elle venait saluer Charley que ses petits-enfants venaient de porter depuis le fourgon funéraire au son d’une cornemuse écoutée religieusement et utilisée avec art par un musicien vêtu d’une tenue de circonstance.

Puis Monique, la sœur ainée rendit hommage à la persévérance de Rose et Michel pour retrouver leur papa.

La dernière intervention fut offerte au Groupe de recherches. Georges Muratet la prononça. Palpable, son émotion se mua en larmes au moment de prononcer la dernière phrase : «  Allez, Charley….Il est temps de rentrer….chez toi ! »


Georges Muratet et René DURAND
 

La céremonie au monument aux morts de GRAGNAGUE

La cérémonie au bois de la Reulle

L'hommage des enfants  " Liberté je cheris ton nom"

La presentation au journal télévisé de la RTBF du 25 juillet 2012

Liens pratiques

connect-e-enfance






 

Légifrance.gouv
Ministère de l'intérieur Le conseil départemental de la Hte Garonne
Ar
chives départementales
La région Occitanie

Contacts - Horaires

 

Mairie
Tél. : 05 61 37 88 11
Email :
contact@mairie-castelmaurou.fr

 

Horaires de la mairie :
Lundi :
8h30 - 12h et 13h30 - 18h
Mardi, Mercredi, Jeudi :
8h30 - 12h et 13h30 - 17h30
Vendredi :
8h30 - 12h et 13h00 - 17h
Samedi : 10h - 12h

 


Urbanisme
Tél. : 05 61 37 88 17
Email :
urbanisme@mairie-castelmaurou.fr

 

Horaires :
Lundi et Jeudi :
8h30 - 12h et 13h30 - 17h30
Mardi : 13h30 - 17h30
Vendredi : sur rendez-vous


Régie Restauration
Tél. : 05 61 37 88 29
Email :
regie.castelmaurou@live.fr

 

Horaires :
du Lundi au Vendredi :
8h30 - 10h

L'AlphaB médiathèque
Adresse :
1A Route de Lapeyrouse,
Tél.: 05 61 37 60 99
Email :
bonjour@lalphab-castelmaurou.fr
Facebook :
L'AlphaB Castelmaurou
Instagram : #lalphab

 

Horaires de l'AlphaB :
Mardi et Vendredi :
15-19h
Mercredi et Samedi :
10h-13h et 14h-18h